Introduction au Growth Hacking illustrée

Helene - 17/04/2014

Au quotidien, nous accompagnons des porteurs de projets aux univers variés mais partageant une problématique commune : la validation rapide de leurs projets, avec des moyens bien souvent limités.

Pour cela, nous appliquons notre méthode DO - TEST - MEASURE - DO IT AGAIN qui permet de valider rapidement des hypothèses et de « se tromper à pas cher ». Le Growth Hacking s’inscrit parfaitement dans cette démarche et nous allons l'illustrer aujourd’hui au travers d'un exemple.

#KillPhotoshop

Récemment, nous avons découvert un projet porté par une équipe (des développeurs, a priori) passablement énervée par Photoshop. Leur projet « Photoshop Killer » semble ambitieux et ils doivent valider l’intérêt du public pour celui-ci en amont de son lancement.

Projet #KillPhotoshop - Un exemple de Growth Hacking

Leur page de lancement photoshopkiller.com leur permet à la fois de communiquer en amont de l’annonce officielle, et de tester la réaction de leur marché potentiel.

A petits moyens, grandes idées

Quand il s’agit de tester des choses, les porteurs de projets sont généralement pleins de ressources : c’est de là qu’est né le Growth Hacking (comprenez « bidouiller la croissance »), un terme inventé en 2010 pour mettre des mots sur un état d’esprit cher aux Startups.

Dans le cas du lancement d’un produit ou d’un service, comme c’est le cas de #killphotoshop, l’objectif est double :

Exemple d'engagement sur #KillPhotoshop

Pour ce qui est de la communication, l’équipe du projet cherche à créer de l’engagement vis-à-vis du projet, en jouant sur la douleur commune de la cible à l’utilisation de Photoshop. La page invite en effet l’internaute à « voter » sur les causes d’énervement possibles en indiquant si cela l’insupporte également (« That drives me crazy! ») ou si cela lui importe peu (« I’m okay with that »). L'internaute est d'ailleurs invité à partager ce sentiment sur les réseaux sociaux, un pas de plus vers la viralité de #KillPhotoshop !

Pour promouvoir un produit ou un service, l'usage des témoignages d'utilisateur est très répandu. Cependant, le projet n'étant pas encore lancé, il n'existe pas d'utilisateurs réels sur lesquels s'appuyer. Pour démontrer malgré tout que le projet répond à un besoin bien réel, la page présente des citations de professionnels du web connus qui sont en défaveur de Photoshop.

Temoignages sur #KillPhotoshop

Le projet #killphotoshop utilise également les désormais célèbres hashtags pour répandre leur état d’esprit auprès de la communauté des développeurs et autres acteurs du web. A travers le hashtag #killphotoshop, ils proposent aux internautes de partager ce qu’ils pensent de Photoshop, l’un des outils de traitement graphique les plus utilisés au monde. Un excellent moyen d’apporter du trafic vers leur site et de positionner leur « identité » en amont de l’annonce officielle…

Viralisation sur #KillPhotoshop Viralisation sur #KillPhotoshop

Côté récolte d’adresses e-mails, #killphotoshop parie sur la curiosité des internautes : sur leur site, 14 causes courantes d’énervements liées à Photoshop sont illustrées. Les 5 premières sont bien entendu accessibles à tous, mais au-delà, il vous faut transmettre votre adresse e-mail. Parions que vous ne résisterez pas à l’envie de découvrir la suite…

Vidéo sur #KillPhotoshop

Enfin, toujours en jouant sur la curiosité humaine, le message « Don’t click here » en bas de page vous incitera évidemment… à cliquer ! Un bon moyen de garder l’internaute plus longtemps sur la page, donc de l’engager vis-vis du projet, et d’humaniser #killphotoshop avec une vidéo montrant l’équipe projet dans son quotidien.

Patience, patience ?

Vous comme nous, nous sommes de nature impatiente surtout lorsque l’on pique notre curiosité. #killphotoshop joue très bien sur cela en mettant en avant un compte-à-rebours avant l’annonce officielle du projet. Classique, mais la bonne idée dans ce cas précis a été de basculer le décompte en secondes (actuellement un peu plus de 1 179 000 secondes) afin de donner une impression de proximité dans le temps. L’internaute s’inscrira naturellement pour être prévenu lors de l’annonce, qui lui semble très proche.

Compte-à-rebours avant l'annonce de #KillPhotoshop

Vous l’aurez compris, la notion de Growth Hacking recouvre finalement toutes les techniques et idées que vous pourrez mettre en oeuvre pour faire de votre projet un succès en dépit des contraintes, notamment financières, que vous pourriez rencontrer. S’il s’agit d’une notion que l’on rapproche du marketing, la mise en place des idées qui en découlent nécessite pour autant l’usage de différentes compétences (analyse, design, développement, marketing, …).

Envie d’en savoir plus ? Je vous invite à découvrir cette présentation du Growth Hacking proposée par The Family qui reprend plusieurs exemples (Facebook, AirBnb, Dropbox, …).


Et si on parlait de vous ?

Vous avez un projet de site web ? Une problématique technique à nous soumettre ?
Dites-nous en plus : nous sommes impatients de découvrir votre projet !

escale © 2017 | Startup Palace - 18 rue Scribe - 44000 Nantes France | Proudly built on GestionAIRMentions Légales