Thibault Mahé, architecte de l'information

Helene - 23/06/2014

Avec un parcours atypique, de Sciences Po Lille à l'ENS de Lyon, Thibault a rejoint notre équipe début mai pour un stage de 6 mois.

Thibault Mahé - Architecte de l'information chez Escale

Expliques-nous ton travail en quelques mots : être architecte de l’information, en quoi cela consiste ?

C’est une question super large en fait, parce que l’architecture de l’information recouvre des notions très diverses, selon les contenus proposés, les contextes d’utilisation et surtout les utilisateurs de chaque projet. On va dire donc que mon travail est de cerner plus précisément ces trois piliers - contenu, contexte, utilisateurs - afin de proposer une conception fine et réactive de nos interfaces. Comme l’architecte d’une maison, l’architecte de l’information s’assure que les utilisateurs se sentiront “chez eux” dans les solutions que nous proposons.

Déjà quelques semaines que tu es chez nous : sur quoi travailles-tu en ce moment et qu’apportes-tu à l’équipe ?

Je travaille actuellement sur divers fronts. GestionAir est par un exemple un projet très ambitieux et répond à toutes les attentes nécessaires pour le développement de solutions web, même les plus complexes. Le défi est donc tout aussi ambitieux : pour accompagner l’utilisateur de l’outil, il faut structurer et transformer au mieux le code en interfaces dynamiques qui soient simples d’utilisation. Je travaille par exemple depuis mon arrivée sur une interface de construction de requêtes SQL et de booléens. Ca nécessite non seulement d’avoir des compétences en ergonomie et en UX design, mais également d’avoir des connaissances plus techniques, en l’occurrence ici sur le langage SQL et la syntaxe abstraite. En parallèle, j’ai déjà pu amorcer le travail d’architecture et de design de deux gros projets. De gros challenges !

Quel est ton parcours et comment en es-tu arrivé au web ?

J’allais dire que j’ai un parcours atypique mais il n’est pas certain qu’il existe un parcours “typique” pour en arriver au web. Dans tous les cas, j’ai intégré le milieu très récemment. Après le Bac S, j’ai passé trois années dans une prépa littéraire et sciences sociales à Nantes. J’ai effectué ensuite un master à Science Po Lille spécialisé dans l’édition, et c’est par la littérature numérique que je me suis interessé à l’envers technique et théorique du web. Ca s’est fait assez naturellement, par curiosité puis par passion. J’ai commencé à toucher au code et à réfléchir sur l’UX design en mettant en oeuvre pleins de petits projets perso, puis en valorisant comme je pouvais mes compétences dans des projets pro, dans une bibliothèque numérique à Buenos Aires, ou chez EDF et Veolia par exemple. En septembre dernier j’ai intégré le nouveau master d’architecture de l’information de l’ENS de Lyon, et me voilà en stage à Escale ! C’est un parcours assez sinueux, mais il me permet d’avoir une vision assez large et peut-être originale du web.

Chez escale, nous sommes tous passionnés par le web et nous défendons des valeurs qui nous sont propres : quelles sont les tiennes ? Celles que tu ne renierais pour rien au monde ?

Ce n’est pas une question facile ! J’essaye de partager ce que je connais via mon blog ou des sites de partage de code, mais on ne peut pas dire que je sois réellement “militant” de l’open source par exemple. De même je suis inquiet des orientations actuelles d’Internet, avec la mise à mal de la neutralité du web ou encore de la vie privée, j’en parle d’ailleurs sur mon blog, mais est-ce que je peux dire pour autant que ce sont des valeurs ancrées au fond de moi à tel point que je les défends corps et âme ?

Je crois que c’est le mot valeur qui est très fort dans ta question. Aussi, je te dirai plutôt que je défends des principes, et en ce qui concerne mon travail, ce sont surtout des principes d’accessibilité, au sens large du terme : KISS (“keept it simple stupid”), “you press the button we do the rest”, “fail fast to succeed sooner”, etc. Bon, on peut dire en résumé quand même que ce qu’il y a derrière cette réflexion, c’est un attachement certain à ce que le web demeure un outil pour le plus grand nombre : d’où des réflexions théoriques sur les données personnelles et les biens communs par exemple, d’où un travail plus concret sur la conception centrée utilisateur.

Avec quelle arme défends-tu ton territoire chez escale ?

J’ai un Nerf Praxis pour défendre mon bureau, régulièrement pris entre deux feux. Mais c’est un armement bien léger devant la force de frappe adverse !


Et si on parlait de vous ?

Vous avez un projet de site web ? Une problématique technique à nous soumettre ?
Dites-nous en plus : nous sommes impatients de découvrir votre projet !

escale © 2017 | Startup Palace - 18 rue Scribe - 44000 Nantes France | Proudly built on GestionAIRMentions Légales